Evidence Classics

Chostakovitch: Symphonie 10

Orquesta Sinfónica de la Universidad de Guanajuato
Roberto Beltrán Zavala direction conductor

DMITRI CHOSTAKOVITCH

Symphonie n° 10 en mi mineur op. 93

  1. Moderato
  2. Allegro
  3. Allegretto
  4. Andante – Allegro

MARIO LAVISTA

5. Clepsidra

UGS : EVCD093D

Description du produit

«Je ne pouvais pas écrire une apothéose pour Staline, je ne pouvais tout simplement pas. Je savais ce qui m’attendait quand j’ai écrit ma Neuvième symphonie. Mais j’ai fait une description musicale de Staline dans ma symphonie suivante, la Dixième. Je l’ai écrite immédiatement après la mort de Staline, et personne n’a encore deviné de quoi parle cette symphonie. C’est à propos de Staline et de son époque. La deuxième partie, le Scherzo, est un portrait musical de Staline, plus ou moins. Bien sûr, il y a beaucoup d’autres choses dans la symphonie, mais ceci est son coeur.»
Evidence est heureux d’accueillir l’Orquesta Sinfónica de la Universidad de Guanajuato dirigé par Roberto Beltrán Zavala. La phalange mexicaine défend depuis de nombreuses années la musique de Chostakovich dans le monde entier. Ils entrent ici en résonance totale avec la célèbre Symphonie n° 10, écrite en pensant en Staline, qu’ils conjuguent avec la pièce de Mario Lavista, Clepsidra, composée en 1991.

*

« I couldn’t write an apotheosis for Stalin, I simply couldn’t. I knew what was coming to me when I wrote my Ninth symphony. But I did make a musical description of Stalin in my next symphony, the Tenth. I wrote it immediately after Stalin’s death, and no one has yet guessed what the symphony is about. It is about Stalin and his time. The second part, the Scherzo, is a musical portrait of Stalin, more or less. Of course, there are a lot of other things in the symphony, but this is its core. »
Evidence is pleased to welcome the Orquesta Sinfónica de la Universidad de Guanajuato & Roberto Beltrán Zavala. The Mexican phalanx has been defending Shostakovich’s music throughout the world for many years. Here they enter into a total resonance with
Symphony No. 10, competing with the best international orchestras, to which they add Mario Lavista’s Clepsidra, composed in 1991.