Evidence Classics

Blog

François-Frédéric Guy – Brahms Project

UN DICTIONNAIRE AMOUREUX DE BRAHMS

Brahms est, après Beethoven mon compositeur de prédilection. Il m’accompagne depuis toujours et la première œuvre avec orchestre que j’ai jouée en public est son premier concerto.
Le Brahms Project est avant tout conçu comme un dictionnaire amoureux du compositeur et non pas comme une intégrale exhaustive. Il est articulé autour du piano, véritable dénominateur commun d’un parcours original associant la musique de chambre, le Lied, les concertos et le piano solo.
Il se propose d’emmener le public dans un voyage au cœur du romantisme allemand.
Loin de se présenter comme des corpus distincts couvrant la totalité de sa vie créatrice à l’instar de Beethoven, les œuvres avec piano de Brahms se métamorphosent de sonates en ballades, de variations en Klavierstücke, incluant trios, quatuors, quintette et concertos au gré de son évolution; la forme s’adaptant à la nouveauté et la richesse de son inspiration mélodique enivrante.
Cette apparente disparité se retrouve dans les dimensions des œuvres. Les trois grandes et redoutables sonates ainsi que les deux concertos sont d’imposants monuments alors que les Klavierstücke de la dernière période sont présentés comme des confidences pour ne pas dire des confessions intimes.
Ce piano tour à tour abrupt et chantant, mélodique et symphonique est d’une telle audace et d’une telle nouveauté qu’il a fait dire à Robert Schumann, alors qu’il entendait les premières esquisses des sonates de Brahms: « Voici venu le nouveau prophète de la musique allemande! »

François-Frédéric Guy, 5 janvier 2016

Sortie du premier volume (3 sonates pour piano) le 15 avril 2016.

*

AN AMOROUS BRAHMS DICTIONARY

Brahms is, after Beethoven, my favourite composer. He has accompanied me all my life, and the first work with orchestra that I performed in public was his First Concerto.
The Brahms Project is, above all, conceived as an amorous dictionary of the composer and not an exhaustive complete recording. It is organised around the piano, the veritable common denominator of an original itinerary combining chamber music, the Lied, the concertos and solo piano works.
It proposes to take the listener on a journey to the heart of German Romanticism.
Far from being presented as distinct bodies covering his entire creative life like Beethoven, Brahms’s works with piano turn from sonatas into ballads, from variations into Klavierstücke, and include trios, quartets, quintet and concertos in keeping with his evolution, with form adapting to the novelty and richness of his intoxicating melodic inspiration.
This seeming disparity is found in the works’ dimensions. The three great, formidable sonatas, along with the two piano concertos are imposing monuments, whereas the Klavierstücke of the last period are presented as confidences, not to say intimate confessions.
This piano, in turn abrupt and lilting, melodic and symphonic, is of such boldness and originality that it led Robert Schumann, upon hearing the first sketches of Brahms’s sonatas, to hail ‘the new prophet of German music!’

François-Frédéric Guy, 5 January 2016

Comments are closed.