Evidence Classics

Artists

Fanny Robilliard, Paloma Kouider

Fanny Robilliard, violon

« Que la musique relève de la magie est un fait indéniable à l’écoute de Fanny Robilliard dont les ensorcelants tours d’archet poussent à s’interroger sur la nature de l’instrument qu’elle utilise. »

Pierre Gervasonni, Le Monde

« L‘ascension lente, maîtrisée et vibrante du chant du violon, au timbre très beau, nous donne un aperçu d’éternité. »

Agnès Simon, Resmusica

Fanny Robilliard est nommée Révélation Classique de l’Adami 2010. Elle remporte le premier prix du Concours « Apassionato 2006 » de la ville de Caen, ainsi que le premier prix au Concours International de violon d’Avignon en 2007.
Elle se produit de nombreuses fois en soliste avec l’Orchestre de Caen, l’Orchestre Lyrique des Régions Avignon-Provence, l’Orchestre Philharmonique du Liban, l’Orchestre des Jeunes d’Île-de-France, le Symphonieorchester des Universität der Kunste de Berlin etc…

Diplômée du CNSM de Lyon dans la classe de Marianne Piketty, Fanny Robilliard se perfectionne en Allemagne à la Hochschule de Munich, puis à la UDK de Berlin auprès de Nora Chastain où elle obtient un diplôme de Konzertexam Solist.

Fascinée par le son des orchestres allemands elle est aussi admise dans les prestigieuses académies du Bayerisches Symphonieorchester de Munich, puis à la Karajan Academy du Philharmonique de Berlin.

Forte d’une solide expérience d’orchestre, elle travaille d’abord au sein du London Symphony Orchestra en qualité de leader des seconds violons. Elle fait également partie de l’ensemble des Dissonances de David Grimal et retourne régulièrement jouer au sein de l’orchestre du Philharmonique de Berlin.

Ses nombreuses collaborations de chambriste l’amènent à jouer aux côtés de Roger Muraro, Cédric Tiberghien, Xavier Phillips, Patrick Messina, Wen-Sinn Yang, Jorg Widman etc.. Elle fait partie du quintette Smoking Josephine aux côtés de Geneviève Laurenceau, Marie Chilemme, Hermine Horiot et Laurene Durantel.

En mars 2015 elle rejoint le Trio Karénine, composé de Louis Rodde au violoncelle et Paloma Kouider au piano. Entre autres distinctions, le jeune ensemble a remporté en 2013 un second prix au concours de l’ARD, et commence déjà une carrière internationale. Leur troisième disque consacré aux trios de Shostakovitch, Dvoràk et Weinberg est paru en novembre pour le label Mirare. L’ensemble fête en 2019 ses dix ans d’existence avec une saison de concerts toujours plus internationale (Konzerthaus de Berlin, Concertgebow Am- sterdam, Frick Collection New-York, Philharmonie de Paris etc..).

Avec la pianiste Paloma Kouider, elle sort en novembre 2017 son premier disque pour le label Évidence Classics, qui reçoit les plus belles critiques de la presse. Poussé par une belle alchimie musicale le duo enregistre un second album consacré au couple Robert et Clara Schumann et à leur univers, sorti en mars 2020.

Fanny Robilliard joue sur un violon de Niccolo Amati, 1627, qui lui est gracieusement prêté par la Fondation Culture et Musique.

*

Paloma Kouider, piano

« La Pastorale se rapproche des grands maîtres de l’ère moderne (Brendel, Baremboïm, Perrahia…), par son intelligence et sa clarté. »

Etienne Moreau, Diapason

« C’est splendide d’intelligence, de sens musical, de personnalité. Une vraie découverte. »

Gérard Mannoni, Classica

La pianiste Paloma Kouider s’est formée auprès de Sergueï Markarov à l’Ecole Normale de Musique de Paris et d’Elisso Virssaladze à Florence, avant d’intégrer la classe d’Avedis Kouyoumdjian à l’Université de Vienne.

Invitée très jeune à se produire au sein de programmations prestigieuses, Paloma n’en oublie pas pour autant une autre passion, la littérature, qu’elle cultive en intégrant une classe préparatoire littéraire au Lycée Louis-le-Grand.

Sa pratique de la musique de chambre au sein du Trio Karénine en fait une chambriste recherchée, en concert comme au disque : Paloma collabore entre autres avec les violoncellistes Anastasia Kobekina, Aurélien Pascal et Marie-Elisabeth Hecker et avec les violonistes Alexandra Soumm et Fanny Robilliard.

Certaines rencontres musicales ont particulièrement marqué et orienté son parcours musical, notamment au sein des Académies de Villecroze ou de « Musique à Flaine » : le Quatuor Ysaÿe, Hatto Beyerle, Menahem Pressler, Alfred Brendel, Ferenc Rados, Jean-Claude Pennetier, Eric Le Sage, Paul Badura-Skoda mais aussi Claude Helffer pour la musique contemporaine et Stéphane Béchy pour l’interprétation de la musique ancienne sur instruments d’époque.

Le succès du Trio Karénine au concours de l’ARD de Munich en 2013 marque un tournant dans sa carrière. Avec ses fidèles partenaires, la violoniste Fanny Robilliard et le violoncelliste Louis Rodde, elle est depuis l’invitée des festivals les plus prestigieux : la Roque d’Anthéron, les Folles Journées de Nantes et de Tokyo, la série d’Arte « Stars de demain » à Berlin et des grandes scènes internationales : Wigmore Hall, Konzerthaus de Berlin, Concertgebow d’Amsterdam… et fait ses débuts aux Etats-Unis à la Frick Collection de New York en janvier 2019.

Investie dans la création contemporaine, Paloma est la dédicataire de l’Etude-statue N°2 « La Marianne » de Benoît Menut et reçoit le prix André Hoffmann des Sommets musicaux de Gstaad qui récompense son interprétation de l’œuvre Après l’ineffable de Benjamin Attahir avec la violoncelliste Anastasia Kobekina. Elle crée au sein du Trio Karénine Les Allées Sombres de Benoît Menut et le Witch Trio de Franck Krawczyk.

Révélation classique de l’Adami, Paloma est également lauréate de la Fondation Banque Populaire.

Attentive aux plus démunis, Paloma est aux côtés d’Alexandra Soumm et Maria Mosconi l’une des fondatrices de l’association « Esperanz’Arts » qui organise des manifestations artistiques pour tous.